Café chat Sibérien | 205, chemin Old Chelsea | Chelsea (Québec) | 819.827.MEOOW (6366)

Dégriffage

Le dégriffage

Notre éleveur adopte une position très stricte et ferme sur le dégriffage et il va sans dire que l’administration du Café chat Sibérien appuie cette position et se déclare publiquement contre le dégriffage ainsi que contre tout autre type de mutilation fait aux animaux.

Le dégriffage… une opération cruelle et douloureuse

Le dégriffage mutile littéralement un chat. De plus c’est une opération qui peut mener à des complications physiques, émotives et au niveau du comportement. Il est faux de penser que dégriffer est un procédé anodin semblable à une manucure. Les griffes d’un chat sont une partie essentielle de son anatomie, essentielle pour son équilibre, sa mobilité et sa survie. Le dégriffage est un procédé chirurgical irréversible qui consiste en l’amputation de la 3ième phalange. C’est un procédé très douloureux avec un fort potentiel de complications secondaires.

Chat montre ses griffes

En plus d’être une partie intrinsèque du chat, ses griffes avant sont un moyen de défense. Vous pouvez croire que puisque votre chat ne va pas jouer à l’extérieur qu’il n’a pas besoin de ses griffes. Il est possible que votre chat se retrouve accidentellement à l’extérieur et que par malchance vous n’arriviez pas à le retrouver. Il est sans défense dans un environnement potentiellement hostile. Il est totalement faux de croire qu’il existe de nouvelles méthodes qui enlèvent seulement la griffe, ce n’est qu’une légende urbaine pour les gens qui veulent croire que le dégriffage est sans conséquence.

Privé de ses griffes avant, un chat peut devenir instable. Sa détresse peut s’exprimer sous différentes formes. Se sentant sans défense, votre chat peut devenir hostile envers les humains (vous y compris) et les autres chats et devenir plus susceptible de mordre. Certains chats développent une aversion pour leur litière en raison de la douleur liée au grattage après l’opération. C’est pour ces raisons que de nombreux pays européens ont déclarées le dégriffage illégal car considéré comme inhumain.

Quelques exemples des douleurs présentes chez les amputés

Maux de tête : Les maux de tête sont fréquents chez les humains, mais ils ne sont pas documentés ou reconnus chez les animaux. Selon les spécialistes, très peu d’effort a été mis pour nous permettre d’identifier les signaux qu’un animal émet quand il a mal à la tête.

Chat fâché

On soupçonne qu’un animal qui fait une pression avec sa tête contre une surface rigide ou qui fait un grincement des dents souffre possiblement d’un mal de tête, mais ces signaux peuvent aussi indiquer d’autres douleurs physiques.

Dans une étude menée en 1932 par Levine et Wolff, un effort a été fait afin de déterminer si les chats testés souffraient d’un mal de tête. Sans entrer dans les détails de cette étude que sont d’ailleurs comme toutes les études faites sur les animaux, d’une cruauté importante, les chats testés se sont mis à augmenter la transpiration des coussinets, ce qui fut considéré comme une réponse à un mal de tête. Le problème avec les chats dégriffés, c’est qu’ils se laissent rarement toucher les coussinets.

Douleur fantôme : L’amputation d’un membre donne toujours l’impression que la partie amputée est toujours là. La douleur fantôme est présente en environ 90% des amputés (Jensen et Al, 1983).

Dans certains cas, le sujet a la sensation constante d’avoir mal ou sentir des picotements à la partie amputée, même si elle n’y est plus. Avec le temps, ces douleurs diminuent en intensité.

Chez les humains, la douleur fantôme apparaît environ dans les quatre jours qui suivent l’amputation.

Patte de chat

Algoneurodystrophie ou algodystrophie: Il s’agit d’un « syndrome primitif ou secondaire, caractérisé par l’association d’une impotence douloureuse, de troubles vasomoteurs, de troubles trophiques de la peau, des muscles, des articulations et des os (ostéoporose mouchetée), qui provient très probablement d’un trouble neurovégétatif local » . Une affectation très douloureuse causée par un nerf endommagé et surtout présent dès que les nerfs sont étirés. Elle donne une sensation d’une douleur profonde comme une brûlure.

Névromes : Les névromes sont des « tumeurs moniliformes des nerfs périphériques, observées en général dans la maladie de Recklinghausen; leur extension et parfois leur caractère douloureux peuvent entraîner des problèmes thérapeutiques insolubles ».

C’est-à-dire qu’un névrome est une croissance ou tumeur bénigne sous-cutanée du tissu nerveux et contribue à une douleur dans les extrémités des nerfs arrachés qui essaient de se reconstituer ou repousser.

Les douleurs de névromes d’amputation ont été observées chez les chiens qui avaient eu leurs queues coupées, ce qui a provoqué qu’ils mutilent cette région de leur corps.

Un animal peut extérioriser la douleur de différentes façons, par exemple:

  • S’éloigner, reculer, se cacher, ou rester couché immobile
  • Adopter une position corporelle anormale
  • Avoir un comportement d’agression lors d’un mouvement ou manipulation
  • Se lécher, mordre, gratter ou se mâchouiller
  • Changements fréquents dans la posture corporelle, agitation
  • Vocaliser, hurler, grogner, avoir une respiration lente ou agitée
  • Dépression